Boudah Talenka

Les pérégrinations d’un marcheur minimaliste

Énergie et Équité (Ivan Illich)

Un des plus percutants texte d'Illich, qui démontre la différence entre transport et mobilité, entre autres épiphanies sur la crise de l'énergie.... [Lire la suite]

La théorie de la relativité resteinte et générale

Ce petit livre a pour but de faire connaître, d’une manière aussi exacte que possible, la Théorie de la relativité à ceux qui s’intéressent à elle au point de vue général, scientifique et philosophique, mais qui ne possèdent pas l’appareil mathématique de la Physique théorique [1]. La lecture suppose à peu près des connaissances de bachelier et — malgré le peu d’étendue du livre — une bonne dose de patience et de force de volonté. L’auteur n’a pas ménagé sa peine pour présenter les idées fondamentales d’une manière aussi claire et simple que possible et, en gros, dans l’ordre et la connexion dans lesquels elles ont réellement pris naissance. Dans l’intérêt de la clarté, il m’a paru inévitable de me répéter souvent, sans me soucier le moins du monde de donner à mon exposé une forme élégante ; j’ai consciencieusement suivi l’avis du théoricien génial Ludwig Boltzmann, de laisser le souci d’élégance aux tailleurs et aux cordonniers. Je ne crois pas avoir caché au lecteur les difficultés inhérentes au sujet. J’ai, par contre, traité à dessein d’une façon sommaire les fondements empiriques et physiques de la théorie, afin que le lecteur qui n’est pas bien familiarisé avec la physique ne se trouve dans une situation semblable à celle du voyageur que les maisons empêchaient de voir la ville.

Puisse ce petit livre être un stimulant pour beaucoup de lecteurs et leur faire passer quelques heures agréables.

... [Lire la suite]

Idéologie sociale de la bagnole (André Gorz)

Qualifié par certains d'ouvrage fondateur d', voici l'intégralité du texte, originellement publié dans la revue Le Sauvage, .

Le vice profond des bagnoles, c’est qu’elles sont comme les châteaux ou les villa sur la Côte : des biens de luxe inventés pour le plaisir exclusif d’une minorité de très riches et que rien, dans leur conception et leur nature, ne destinait au peuple. À la différence de l’aspirateur, de l’appareil de T.S.F. ou de la bicyclette, qui gardent toute leur valeur d’usage quand tout le monde en dispose, la bagnole, comme la villa sur la côte, n’a d’intérêt et d’avantages que dans la mesure où la masse n’en dispose pas. C’est que, par sa conception comme par sa destination originelle, la bagnole est un bien de luxe. Et le luxe, par essence, cela ne se démocratise pas : si tout le monde accède au luxe, plus personne n’en tire d’avantages ; au contraire : tout le monde roule, frustre et dépossède les autres et est roulé, frustré et dépossédé par eux.

... [Lire la suite]

Le corbeau et le renard, une fable de la Sacem

Tout le monde connait cette histoire, et pourtant ça continue.

Version PDF


Maître Zikos sur une scène en tournée,
Montrait sont talent avec rage
Traître Sacem par le gain attirée
Lui tint à peu près ce langage :
"Hé ! bonjour, Monsieur le Zikos.
Que vous jouez bien ! que vous me semblez pro !
Sans mentir, si vos ouvrages
Sont protégés par mon bidouillage,
Vous serez riches en taxant les petits et les gros.
À ces mots le Zikos ne se sent pas de joie :
Et en signant d'une large croix,
Il cède tout son art, ignorant tout du droit.
La Sacem s’en saisit, et dit : Mon bon Monsieur,
Apprenez que tout artistes
Vit et dépend de ceux qui l’écoutent.
Vous toucherez un pourcentage sans doute.
Le Zikos honteux et confus
Jura, mais un peu tard, qu’on ne l’y prendrait plus.

. Illustrations des Fables de La Fontaine. 1838-. Publié sous license CC-BY-SA

Autres articles